Ceux qui ne reconnaissent pas les visages

« Le docteur P. était un musicien distingué. [Un jour], un étudiant se présentait, et le docteur P. ne le reconnaissait pas ; ou, plus exactement, il ne reconnaissait pas son visage : c’était seulement au moment où l’étudiant parlait qu’il pouvait l’identifier d’après sa voix. Ces incidents se multiplaient et scuscitaient l’embarras, la perplexité, la peur – et parfois le rire. Car non seulement le docteur P., progressivement, ne distinguait plus les visages, mais il voyait des visages là où il n’y en avait pas : tout comme Magoo, dans la rue, tapote affectueusement les bouches d’incendie et les parcmètres en les prenant pour des têtes d’enfants, il s’adressait aimablement aux poignées sculptées des meubles et s’étonnait qu’elles ne lui répondent pas. »

- L’homme qui prenait sa femme pour un chapeau et autres récits cliniques, Oliver SACKS.

Qu'est-ce que c'est ? 

C'est un trouble de reconnaissance des visages qui est classé dans les agnosies visuelles

  • Une agnosie est une incapacité à reconnaitre certains éléments sans ce que soit en raison d'un déficit sensoriel primaire, par exemple la surdité (sourd) ou la cécité (aveugle)

  • L'incapacité de reconnaitre survient en raison d'une perte d'informations qui permettraient d'interpréter ces stimulations. 

Prosopagnosie

Provient du mot grec ancien  πρόσωπον qui signifie «visage», suivie du mot agnôsia qui signifie «ignorance» et de γνῶσις/gnosis qui veut dire «connaissance»

2 types

La prosopagnosie acquise

 

❖ L'incapacité à reconnaitre les visages est causée par un traumatisme crânien, accident vasculaire cérébral ou tumeur causant des dommages dans les aires sensorielles associatives du cortex cérébral

La prosopagnosie congénitale

❖ Il y a un problème du développement du processus de reconnaissance des visages sans qu'il y ait eu des lésions cérébrales 

  • L'enfant atteint de prosopagnosie congénitale ne reconnait ses proches et les personnes de son entourage 

Sous-forme 

  • La prosopagnosie aperceptive

    • Problème au niveau de l'analyse structurale des visages, ce qui ne permet pas d'élaborer le stimulus susceptible d'activité la région de reconnaissance faciale 

  • La prosopagnosie associative

    • Problème au niveau de l'accès aux processus de reconnaissance

Anatomie

Généralement, les  lésions cérébrales bilatérales (des deux hémisphères cérébraux). Qu’il s’agisse de lésions unilatérales ou bilatérales, ce sont les lobes temporaux et occipitaux qui sont les plus fréquemment touchés, tandis que les lobes frontaux et pariétaux semblent beaucoup moins touché 

Grâce à la tomographie par émission de positons (TEP), la chercheuse française a découvert que les gyrus fusiforme et lingual droits situés dans le lobe temporal doit, ainsi que la partie antérieure des lobes temporaux sont activés lors de la présentation d’un stimulus facial. D’autres études ont permis de découvrir que le gyrus occipital inférieur serait fréquemment touché en cas de prosopagnosie.

Ces régions cérébrales hébergent notamment certaines zones fonctionnelles primordiales qui interviennent dans la reconnaissance des visages : « fusiforme face area » (FFA, ou aire fusiforme des visages), zone du gyrus fusiforme, « occipital face area » (OFA, ou aire occipitale des visages), zone du gyrus occipital inférieur. Lors d'études par imagerie cérébrale d'activation (IRM fonctionnelle, IRMf), la reconnaissance d’un visage semble activer préférentiellement la FFA et la OFA de l’hémisphère droit. Il semble logique qu'une lésion d’une de ces deux zones entraîne l’apparition de la prosopagnosie. On retiendra qu’il est plus fréquent d’observer une prosopagnosie associée à une lésion de l’hémisphère droit qu’à une lésion unique de l’hémisphère gauche.

Gyrus fusi-forme (ou gyrus temporal latéral)

 

Références : 

Texte : American Psychological Association.  How stress affects your health. En ligne http://www.apa.org/helpcenter/stress.aspx; Bear, M.F., Connors, B.W. et Paradiso, M.A. (2016). Neurosciences à la découverte du cerveau (4ièmeed.; traduit et adapté par André Nieoullon). Paris, France :  Éditions Pradel. ; Centre d’étude sur le stress humain. (2013).  Le stress. En ligne http://www.stresshumain.ca/le-stress.html ;Lloyd, C., Smith, J., & Weigner K. (2005). Stress and Diabetes: A Review of the Links. Diabetes Spectrum, 18(2), 121-127. En ligne http://spectrum.diabetesjournals.org/content/18/2/121.full ; The American Institute of Stress. (2005). Stress, Hypertension and the Metabolic Syndrome. En ligne http://www.stress.org/stress-hypertension-and-the-metabolic-syndrome/

Images  https://www.revuegestion.ca/la-mesure-du-stress; :https://coeur-articiciel-tpe2013-214.webnode.fr/une-alternative-incomplète/; https://carnets2psycho.net/dico/sens-de-reticulee.html; http://slideplayer.fr/slide/513713/; https://en.wikipedia.org/wiki/Cortisol#/media/File:Cortisol2.svg

  • Black Instagram Icon
  • Facebook Social Icône