Stress

Hans Seyle, le premier à avoir réellement étudié le stress, définit celui-ci comme étant simplement une réponse à des stimuli physiologiques. Alors que l'OMS, quant à lui, définit le stress comme une réponse qui apparaît chez une personne dont les ressources et stratégies de gestion personnelles sont dépassées par les exigences qui lui sont posées (OMS, Arck et al., 2001).

Note : le stress est différent de l'anxiété. L'anxiété est plutôt un trait de personnalité qui fait en sorte que la personne est en quelque sorte un hyper-détecteur de menaces. 

Quand est-ce qu'une situation est stressante ? 
 
Une situation peut être stressante lorsque :   
  • Il y a de la nouveauté autant positive que négative, cela peut être une menace à la survie
  • L'égo ou les compétences sont menacés
  • Le contrôle est diminué 
Exemple : On n'a pas de contrôle sur les questions d'examen, cela peut amener du stress
  • La situation est imprévisible 
Exemple : Un examen surprise auquel on ne s'attendait pas
Une situation ou n'importe quel stimulus qui déclenche une réponse de stress est dit un stresseur. Il existe 2 types de stresseurs
  • Stresseurs absolus : une menace réelle pour tous, menace à la survie

  • Stresseurs relatifs : une menace implicite qui dépend de l'interprétation qui en est faite

2 types de stress

Stress aigu 

Le stress aigu est généralement causé par les raisons mentionnées ci-haut et il engendre des réponses comportementales, physiologiques et cognitives nécessaires pour la survie de l'organisme. Il prépare à fuir ou à lutter.

Stress chronique 

Cela se produit lorsque l'organisme est en état de tension constante suite à l’exposition prolongée et répétée à des stresseurs.

Réponses physiologiques du stress
2 stades

Stade 1 : réactions d'alarme

Le système nerveux autonome (SNA) sympathique s'active très vite alors que le SNA ralentit. Il y a sécrétion d'adrénaline par la formation réticulée et sécrétion de noradrénaline le neurotransmetteur et l'hormone par la médulla surnale. Ces 3 molécules videront les réserves d'énergie.

Stade 2 : phase de résistance

Après l'activation du SNA, il y aura l'activation de l'hypothalamus, de l'hypophyse (ou glande pituitaire) et des glandes surrénales qui sécréteront des hormones de stress. C'est ce qu'on appelle l'axe hypothalamo-pituito-hypophysaire (HPS) . 

Hypothalamus 

Il libère du CRH (corticolibérine)​ qui va activer des neurones de l'hypophyse pour qu'il sécrète l'ATCH​.

Hypophyse

Elle sécrète de l'ACTH (adrénocorticotrophine) qui va stimuler les glandes surrénales pour libérer du cortisol 

Glandes surrénales

Les glandes surrénales sécrétent du cortisol : l'hormone de stress principale. Il fait partie de la famille des glucocorticoïdes (GCC) 

Les effets du cortisol 

Le fait d'avoir beaucoup de cortisol peut induire un débalancement de l'axe HPS  et avoir des impacts négatifs sur le corps.

Augmente la mémoire

et l'attention

Diminution la quantité de sérotonine 

La sérotonine joue une rôle dans l'humeur. Une diminution de celle-ci pourrait donc entrainer des symptômes dépressifs et à la long terme même mener à une dépression. 

Réduit la sensibilité à la douleur 

Cela peut augmenter les risques de blessures. La douleur est utile pour nous protéger de plusieurs choses.

Cortisol

Augmente le sucre

dans le sang

À long terme, cela pourrait se développer en anxiété, car la personne porterait trop attention à tout ce qui pourrait lui paraître comme une menace. 

Réduit l'activité du système immunitaire

Un système immunitaire faiblement activé augmente les chances qu'une personne tombe gravement malade. 

Augmente la pression artérielle

Une haute pression atérielle est un facteur de risque à long terme pour plusieurs maladies comme les troubles vasculaires et cardiaques, l'insuffisance cardiaque, ou encore des problèmes de reins.

À long terme, cela pourrait entraîner une résistance à l'insuline, une hormone qui réduit le taux de sucre dans le sang en signalant aux cellules de l'absorber. Cette résistance entrainerait, par conséquent, le développement du diabète de type 2

Références : 

Texte : American Psychological Association.  How stress affects your health. En ligne http://www.apa.org/helpcenter/stress.aspx; Bear, M.F., Connors, B.W. et Paradiso, M.A. (2016). Neurosciences à la découverte du cerveau (4ièmeed.; traduit et adapté par André Nieoullon). Paris, France :  Éditions Pradel. ; Centre d’étude sur le stress humain. (2013).  Le stress. En ligne http://www.stresshumain.ca/le-stress.html ;Lloyd, C., Smith, J., & Weigner K. (2005). Stress and Diabetes: A Review of the Links. Diabetes Spectrum, 18(2), 121-127. En ligne http://spectrum.diabetesjournals.org/content/18/2/121.full ; The American Institute of Stress. (2005). Stress, Hypertension and the Metabolic Syndrome. En ligne http://www.stress.org/stress-hypertension-and-the-metabolic-syndrome/

Images  https://www.revuegestion.ca/la-mesure-du-stress; :https://coeur-articiciel-tpe2013-214.webnode.fr/une-alternative-incomplète/; https://carnets2psycho.net/dico/sens-de-reticulee.html; http://slideplayer.fr/slide/513713/; https://en.wikipedia.org/wiki/Cortisol#/media/File:Cortisol2.svg

  • Black Instagram Icon
  • Facebook Social Icône